© Rootsville.eu

Tiny Legs Tim & Band (B)
Blues
Banana Peel (17-06-2019)

reporter & photo credits: Paul Jehasee


info club: Banana Peel
info artist: Tiny Legs Tim

© Rootsville 2019


Het is als een mijlpaal in de Belgische blues en jazz geschiedenis, deze « Banana Peel » in Ruislede en daar heeft onze vriend Franky Van de Ginstezeker en vast iets mee te maken. Deze « Juke Joint » bestaat als sinds 1966 en fungeert als blues en jazz club en dit dus al meer dan 50 jaar. Franky zelf nam de zaak over in 1980.

Vanavond wilden we onze andere vriend, Tim De Graeve (Tiny Legs Tim) zien op het podium, in het bijzonder vergezeld door acht grote Belgische muzikanten: Frederik Van den Berghe (drums), Filip Vandebril (bas), Amel Serra Garcia (drums) Luk Vermeir (piano), Steven Troch (mondharmonica), Marc De Maeseneer (Tenor Sax), Marie Anne Standaert (trompet) en Tom Callens (bariton Sax).

Helaas was de Brusselse Ring nog steeds rommelig, zelfs na 19 uur moesten we onze paarden inhouden en het is met een kwartier vertraging dat we eindelijk de heilige plaats Ruiselede betraden.
We misten net de wandeling met de duivel aka "Walk With The Devil", maar we hadden nog een kans ("One More Chance") en kwamen de liefde tegen met "Still In Love", een stuk uit zijn laatste prachtige album "Elsewhere Bound".

Dit concert is een beetje opgedragen aan deze nieuwe plaat die zo verfrissend is en ons volledig en ons volledig onderdompelt in de Franse straat van Nola. Dit is waar Tim, na zijn inwijdingstocht, al geruime tijd vond waar hij naar op zoek was. Een perfecte mix van deze stad van de Jazz. Een mix van akoestische en elektrische Blues ondergedompeld in jazz, funk en zelfs R'n'B.
Nu bezit Tim de toverdrank die hij waarschijnlijk uit een van de vele 'Voodoo'-winkels van NOLA heeft gehaald. We luisteren nog naar "The Game", "Heart Of The City" en Do not Be Sorry" en zijn ze zo klaar met het gedeelte uit het album," Elsewhere Bound".

Binnen is deze juke joint een echt NOLA terras en dus zochten we buiten soelaas met wat drankjes en frisse lucht. Een vriendelijke babbel delen met de muzikanten die, en om niet te veel af te koelen op tijd zijn om de tweede set te beleven.

Het begint heel akoestisch met Tim alleen met zijn gitaar die "Nowhere My Home" zingt. Dan vergezeld door Steven op de Mississippi saxofoon, rustig en alles in nuance op "Future Poets". We gaan van de derde versnelling naar overdrive met een iestje meer rock op "Keep Me Satisfied", samen met een magnifieke solo van Tim met zijn fel rode "Mc Fly Gibson" en met "You Move Me". Laten we op "In The Morning" erg gepassioneerd beginnen dansen dansen dit ondersteund door de blazerssectie sectie (Marc, Marie en Tom).

Er is geen time-out meer en we zijn al drie stukken van het einde met "Big City Blues". Met een solo van Luc Vermeir op piano begint "The Lovin 'Kind" erg jazzy. We slaan gewillig in de handen en krijgen ook een prachtige solo van Marie Anne op haar flughelhorn. Vervolgens krijgen we percussie en drums en met "New Place", krijgen we de hele wereld op het podium in een moment van trance en pure energie. Helaas betekent dit ook het einde van dit concert. Het publiek wil meer en Tim neemt weer de fakkel over Tim met de eerste single fakkel "I Ain't Ready" en als laatste nummer" Money Marbles & Chalk van Jimmy Rodgers.

We waren getuige van een heel mooi concert, dat bewijst dat ook wij hier in België muzikanten hebben die interationaal klinken, iets wat we soms vergeten. Met 9 uitstekende muzikanten die ons vanavond meenamen naar de oevers van de Mississippi...

Texte Français

Nous voici revenu chez notre ami Franky Van de Ginste qui tient de main de maître un des derniers « Juke Joint » de Flandre et ce depuis 1966, donc plus de 50 ans; mais rassurez vous Franky n’a pas de longue barbe, lui, a repris l’endroit, vers 1980, pour être vraiment exact.

Ce soir nous voulions voir notre autre ami, Tim De Graeve (Tiny Legs Tim), sur scène, surtout accompagné de huit super musiciens belges : Fréderik Van den Berghe (batterie), Filip Vandebril (contrebasse), Amel Serra Garcia (percussions), Luk Vermeir (piano), Steven Troch (harmonicas), Marc De Maeseneer (Sax Ténor), Marie Anne Standaert (trompette) et Tom Callens (Sax Baryton) .
Malheureusement le Ring de Bruxelles étant toujours encombré même après 19 heures, nous avons dû retenir les chevaux et c’est avec un bon quart d’heure de retard que nous sommes finalement entrés dans le lieu sacré de Ruiselede.

Nous avons raté la promenade avec le Diable (« Walk with The Devil »), mais nous avons eu une autre chance (« One More Chance ») et sommes tombé sur l’amour avec « Still In Love » que demander de mieux avec un « direct starten » ; qui plus est un morceau de son dernier album magnifique « Elsewhere Bound ». Ce concert est un peu dédié à cette nouvelle plaque si rafraîchissante et qui nous plonge en pleine Frenchmen street de Nola. C’est là qu’après un voyage initiatique, Tim a trouvé ce qu’il cherchait depuis pas mal de temps. Un parfait mix de la cité du Jazz. Un mélange de Blues aussi bien acoustique qu’électrique plongé dans le jazz, le funk et même R’N’B.
Mais maintenant, Tim possède la potion, qu’il a sûrement extirpée d’un des nombreux magasins « Voodoo » de NOLA. Nous écoutons encore trois titre « The Game », « Heart Of The City » et Don’t Be Sorry » avant de terminé déjà ce premier set avec le titre éponyme du dernier album, « Elsewhere Bound » donc.

Après quelques rafraîchissement et un bol d’air dehors car à l’intérieur, c’est « Juke Joint NOLA en terrasse », c’est-à-dire, la chaleur qui prend à la gorge vous étouffant légèrement mais sûrement. Quelques mots d’amitié sont aussi partagés avec les musiciens qui pour ne pas refroidir trop, préfèrent reprendre assez rapidement le deuxième set.

Celui-ci commence très acoustique par Tim, seul avec sa guitare qui nous chante « Nowhere My Home ». Puis accompagné de Steven à l’armo, très calme et tout en nuance «  Future Poets ». Nous passons alors de la troisième vitesse à l’overdrive avec un blues rock relevé « Keep Me Satisfied ». Un solo magnifique de Tim avec sa « Mc Fly Gibson rouge vif » avec « You Move Me ». Passons à « In The Morning » très dansant et très bien soutenu par la section cuivre (Marc, Marie et Tom). Il n’y a pas de temps mort et nous nous retrouvons déjà à trois morceaux de la fin avec « Big City Blues » qui est lui beaucoup plus lent et syncopé. Un solo de Luc Vermeir au piano commence « The Lovin’ Kind » très jazzy. On frappe dans les mains à certains moments et nous avons aussi droit à un beau solo de Marie Anne avec un cornet à piston plutôt que la trompette traditionnelle. Voici venu la partie des percussions et batterie qui monte au créneau avec « New Place » mais là tout le monde sur scène est en transe et y va de son énergie propre, mettant un rythme endiablé à l’ensemble, qui fini malheureusement et déjà ce deuxième set ; qui est passé très vite.

L’assistance en veut plus et et Tim reprend le flambeau d’abord seul pour « I Ain’t Ready » puis promet et lance le dernier morceau tiré du répertoire de Jimmy Rodgers «  Money Marbles & Chalk.

Un bien beau concert, qui nous prouve qu’il n’est nul besoin de faire venir de loin, ce que nous oublions parfois; et que nous avons sous la main, mais d’une valeur excellente et positive avec ces 9 musiciens qui l’espace d’une soirée nous ont emmené sur les bords du Mississippi.